v

Men petit pays

v

Dé tchu couop-Io, al'-ouos m’en creire,
J’mé ratouornis l’dos à la mé.
Les bras crouésis, coumme à n’ryin faire,
J’restî piqui guettaunt d'vaunt mei.

Ch’était l’hivé, oû meis d’Décembre,
Cha sentait byin l'alentouo d’Noué ;
L's abres trembllaient dé touos lus membres,
Et dauns les braunqu's lé vent pllettrait.

Oû pyid d’eun’haie, deuss’treis pouor's
baêtes Pliyaient l’écheine oû vent trop freid,
Froumaient eun u, sécouaient la taête,
Souffllaient pouor s'écaôfaer l’musé.

Et dreit d’l'aôt’bord, dauns l’cllos d'â-côte,
Eun houmm’touot seu vidiait eun ruet
I piqu’sen trublle et s'y acote.
I’n’fait pé caôd. Vite i s'y r'met.

L’loung des côtis, d'vaunt mei, dreit d’fache,
Jé n’savais pus ryin distingui,
Bouès et jannyir's, et la p'tit’cache
Ch’était grisaôd, triste et r'neirchi.

Presque muchi à mi la côte,
Jé r'counnaissais men p'tit hammé,
Déeus graund's bâtyir's déeus p'tit's bicotes,
Touot's bastillies ches seirs d’hivé.

Et à man dreit', la vuûle égllise,
Et sen clloqui dreit coumme eun i
En l’avisaunt, falut qué j’dise
Eun’prièr’pouor men p'tit pays.

Coumm’ch’est l’hivé, la mé tempaête.
J’n’ai pé l’himeu dé m’ratouornaer
Pouor veî qu’o fait sa maôvais’taête...
Mais si. D'eun couop, j’mé syis r'touornaé.

Côtis-Capel - Raz Bannes

 
 
v
Men petit pays